Le cinémantiel : nouveau mode de financement du cinéma

28 10 2009

Adapter les longs-métrages internationaux en langue dite minoritaire, et permettre à une création de ce type de s’exporter…c’est l’objectif que se sont fixés deux jeunes producteurs de cinéma, philosophes de formation et ancien(ne) de la Chaire Média & Entertainment (Promo I).

En faisant valoir le principe de présomption d’égale valeur des cultures et d’égalité de considération, promus notamment  par des philosophes anglosaxons, ils mettent en avant la liberté culturelle et pointent une absence d’équité en terme de conditions de diffusion des créations en langue « minoritaire ».

« Le cinéma est un média, partant, le choix des oeuvres diffusées conditionne les référents communs des spectateurs, et peut biaiser la diversité culturelle, si aucun mécanisme correcteur n’est instauré en vue d’une égalité de considération » souligne Marie-Sophie Mozziconacci.

C’est pourquoi, Julien Martinez, ancien Elève de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’ULM, et Marie-Sophie Mozziconacci, dont le mémoire de philosophie « Paix et Commerce » Mention Très Bien soutenu en 2003, à la Sorbonne, visait déjà cette problématique, ont décidé de révolutionner l’actuel système, par l’introduction de la notion de production équitable.

D’ores et déjà, plusieurs cinéastes et acteurs de premier plan ont été séduits par l’initiative des deux jeunes producteurs. Les oeuvres seront donc doublées en langue dite « « minoritaire ».

Ce doublage permettra, d’une part, une création d’emploi au plan local, d’autre part, une liberté culturelle laissée au spectateur qui pourra désormais choisir la langue dans laquelle il souhaite visionner un programme. Les DVD intègreront donc les versions doublées, qui s’exporteront et séduiront, peut-être, la curiosité de spectateurs des quatre coins du globe.

Traduire et doubler les œuvres anglaises en langue minoritaire, est complémentaire d’une traduction et d’un doublage des créations en langue dite minoritaire en anglais. Notre entreprise a vocation à jeter un pont entre toutes les cultures, en ciblant, précisément ces adaptations linguistiques.

Nous travaillons aussi bien sur des films d’auteur que sur des films à gros budget, d’un montant supérieur à 20 000 000 d’Euros.

Pour donner corps à l’article 6 de la déclaration de l’UNESCO sur la diversité culturelle, Julien et Marie-Sophie, dont l’entreprise est incubée au sein de l’ESSEC MBA, et conventionnée avec le Master II cinéma, Tv et Nouveaux Médias de Paris I, innovent en modifiant l’ordre de la communication relative aux oeuvres, chère à la chronologie des médias.

Ainsi, ils associeront étroitement les internautes et les entreprises pour financer leur initiative, par un mode participatif nouveau : le cinémantiel.

Leur concept, (contraction du cinéma et de l’évènementiel) consiste à communiquer en amont sur une oeuvre et à organiser des évènements et soirées à thème en présence des équipes du film pour financer le développement de l’oeuvre et son adaptation.

Parce que le cinéma est ce que l’économie qualifie de « « bien d’expérience » poursuit Marie-Sophie Mozziconacci, il m’a semblé cohérent de pousser plus avant cette définition.

Comme ce qui donne vie au cinéma, c’est avant tout la rencontre, et que la problématique actuelle du cinéma est précisément l’absence d’intermédiation qualifiée et la cooptation, qui règne dans le secteur, j’ai souhaité apporter un élément de réponse en provoquant la rencontre et en l’associant au financement de la période la plus risquée de la production, à savoir, le développement.

Pionnier dans ce secteur…Julien et Marie-Sophie ont déjà séduit outre-atlantique avec leur concept.

« Pourquoi ne ferions nous pas bouger les lignes? Le philosophe, tel qu’aimait à le rappeler Jean-Toussaint Desanti, n’est-il pas un empêcheur de tourner en rond?  » Poursuit Marie-Sophie Mozziconacci, qui a déjà conceptualisé diverses propositions de résolution pour des personnalités politiques de premier plan, dont le pass culture Europe, les aires de jeu en langue étrangère, la modulation des horaires de travail des parents séparés qui optent pour la garde alternée de leurs enfants…)

Tourner en rond, non. Tourner, Oui!

Publicités