Attractivité des vidéos sur Youtube

5 02 2008

Sur son blog, Pierre Mechentel, qui avait animé une conférence au CNIT dans le cadre de la chaire Innovation et Service de l’ESSEC, questionne les résultats d’une étude de Viralmanager. Cette étude porte sur la durée de vie d’une vidéo sur Youtube.

Mais il serait en effet pertinent de savoir comment s’opère la comptabilisation des vues. Les personnes mettant en ligne leur propre vidéo, ont tendance à la visualiser plusieurs fois, voire pour certaines à en générer automatiquement les vues (on se souvient à cet égard de la visionneuse automatique utilisée par un parti extrémiste lors des dernières élections présidentielles), ce qui biaiserait plus encore les chiffres que nous livre cette étude.

Ces considérations à part, viralmanager nous fournit les indications suivantes sur la pérennité des vidéos hébergées par Youtube :

  • Moins de 20% des videos ont + de 500 visionnages
  • Moins de 10% des videos ont + de 1500 visionnages
  • 3% en ont + de 25000
  • 1% + de 500000
  • Dès lors que faire des vidéos qui présentent un nombre de vues en deça de 500? Faut-il les héberger à tout prix? Un minimum de sélectivité ne serait-il pas opportun?

    poupie

    Publicités

    Actions

    Information

    3 responses

    5 02 2008
    Bertrand

    je trouve cette idée dangereuse. Les plateformes vidéo sont des moyens pour beaucoup d’hébergeur leurs vidéos sans frais et pas forcément pour faire une grande carrière virale. Le problème de la sélectivité est de définir comment on sélectionne. Il faudra aussi se poser la question de l’archivage, de la mémoire du web. Les millions de micro-visites ne sont-elles finalement pas aussi intéressantes que les millions de visites sur une nombre réduit de vidéos ? Et enfin il faut penser à la seconde vie d’une image. Par exemple la déclaration d’une personnalité politique locale peut n’avoir qu’un faible visionnage dans un premier temps et avoir une seconde vie quand cette personne prend des responsabilités plus importantes. Ce sont beaucoup de réflexions qui dépassent aussi le simple cas youtube.

    5 02 2008
    m-sophie

    Je partage entièrement votre avis relatif à la seconde vie de l’image. Et votre exemple relatif à la politique d’autant plus que les podcast de militants se révèlent certaines fois à posteriori être des mines d’information non négligeables, même si au départ ils étaient destinés à un public restreint.

    En fait la problématique est différente selon qu’on se situe en position d’hébergeur, comme youtube ou dailymotion ou que l’on fait le choix d’être éditeur, je crois que Benjamin Bejbaum y avait songé un temps.

    msm

    5 02 2008
    msm

    @ Bertrand,

    je viens de m’apercevoir que c’est vous qui animez le blog cyberbougnat, que je consultais de Puteaux, histoire de savoir si un parachutage de B H était envisageable dans cette ville.
    Donc oui, les podcasts politiques, quand bien même ils n’atteindraient pas 500 clics en un premier temps sont une source d’information précieuse, car première.

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s




    %d blogueurs aiment cette page :